ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 

  EMILIEN CASALI - AUTEUR THEÂTROMANCIER 

 Home  | Album-Photo  | Contact  

 

 

Rubriques

EMILIEN CASALI
Programme !!!
160 pièces
Compa Balladins
Tous les sites
SERIES THEÂTRE
POEMES 2006/18
PIEC'ILLUSTREES
FESTI 2005/2018
LES MEMOIRES..
MUSEE ROBERTO
SERIE 1 : 95
SERIE 2 : 95
SERIE 3 : 78
SERIE 4a : 48
SERIE 4b : 36
SERIE 4c : 15
SERIE 5
PRIX 2006/2017
SERIE 1989/1999
SERIE 1995/2000
SERIE 2001/2002
SERIE 2002/2003
SERIE 2003/2004
SERIE 2004/2005
SERIE 2005/2006
SERIE ETE 2006
SERIE 2006/2007
SERIE 2007/2008
SERIE 2008/2009
SERIE 2009/2010
SERIE 2010/2011
SERIE 2011/2012
SERIE 2012/2013
SERIE 2013/2014
SERIE 2014/2015
SERIE 2015/2016
SERIE 2016/2017
SERIE FIN 2017
SERIE 2018-2019
Vacance 2010/11
Vacance 2011/12
Vacance 2012/13
Vacance 2013/14
Vacance 2014/15
Vacance 2015/16
Vacance 2016/17
Vacance 2017/18
Vacance 2009/10
ANABELLA EXPO
VIDEOS PIECE 1
Revue de presse
PROFESSEURS
DIAPORAMA
STAGE THEÂTRE
Cadeau Surprise
PIECES TRADUITE
L.DUMITRASCU
CLASS 2005/2016
Classe masquée
LA PRINCESSE
Terre-Nouvelles
TEMPS DE VIVRE
SUPER CAT GIRL
Pacific Land
LA PIERRE QUI...
VIDEOS PIECES 2
BALADE LUMINEUSE
UNE PÊCHE...
UNE ÎLE ENTRE
LA PETITE MAISON
RETOUR TERRE-N
BONS BAISERS DE
LES MOULINS AUX
Chapeau magique
Parchemin d'or
DJ MAX'AIME
Quelques Plumes
AUBER PLUME D'OR
LA TERRE DANSE
SEJOUR A TARGU-J
QUELQUES PLUMES
CROISIERE...
BILOU N'EN FAIT
LE PRINTEMPS....
PATZY S'AMUSE...
ESCALE A PACIFIC
SYLVESTRE MAJOR
PATZY FAIT DE LA
LA TOUR EIFFEL..
ARRET D'AUTOBUS
COLLECTIONNEUR
RDV PLEINE LUNE
UNE BOUFFEE...
WAGON ENCHANTE
LES MOULINS 2017
PATZY A CRISTAL
C'EST BEAU VIE!
MANEGE ENCHANTE
PATZY JARDINIERE
DIVINE E COLOMB
LE CIEL EST A...
WONDERFUL MOON
LE SOLEIL...

 

Liens


Amis francophones, Bonjour!

17/07/2018..21.02 
 
 
 
 
 
 
 
 
Bonjour tout le monde ! VOLARE !!!!!!!! Merhaba dünya! Hello world! Hallo Welt! Ciao mondo! שלום עולם! ¡Hola, mundo! Γεια σας κόσμο! नमस्ते विश्व! 世界您好!VOLARE !!!! 
 
 
 
 
 
 
 
 
Amicalement et Fraternellement, Emilien Casali (Auteur) 
casali-emilien1@orange.fr 
 
 
 
 
 
 
 
"Bienvenue à tous et toutes !"  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Déroulez la page et cliquez sur les photos  
 
 
Depuis plus de 10 ans, les différents sites de l’auteur Emilien Casali sont sous hautes surveillances « pour le plus grand respect et la plus grande joie de l’enfance ». 
 
 
 
 
 
 
 
 
La forme de travail proposée sur les différents sites que vous allez découvrir se veut "artisanale " afin de conserver une animation artistique "Authentique" réservée aux professeurs et élèves francophones. (L'échange entre les professeurs et l'auteur animateur n'est pas à but lucratif ou bien à titre professionnelle, il s'agit purement et simplement d'un échange amical, ludique, constructif, imaginatif, récréatif, inventif, créatif, un programme d'animation annuel qui se veut également ambitieux, visant principalement à approfondir la langue française dans le respect de l'enfance. L’auteur animateur ne s'immisce en aucun cas dans le programme des professeurs. Les sites présentent "exclusivement" le travail des élèves et des professeurs autour d'animations artistiques diverses proposées par l'auteur animateur Emilien Casali, un programme conçu pour l'épanouissement des élèves francophones de la façon la plus intelligente et la plus sérieuse si possible dans le respect et "pour le plus grand bonheur des enfants" !(Cliquez sur le lien pour découvrir la "charte"!) 
 
Amicalement et Fraternellement, Emilien Casali
 
casali.emilien@wanadoo.fr 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
NOUVELLE N°1 
Cher Roberto, 
 
Je commence cette lettre avec la nostalgie du temps passé ensemble en Grèce à Neoi Poroi où nos regards se sont noyés dans l'eau d'un bleu si profond qu'on ne pourra jamais oublier. 
 
Te souviens-tu du désir que nous avons projeté tout près de la Montagne Olympe, quand nous avions fièrement regardé la hauteur du Ciel, ce logement des dieux. 
 
C'est pourquoi J'ai une grande confiance en moi, dès le début de cette année scolaire et je peux remarquer que j'ai un bon départ et surtout le désir de me dépasser. 
 
Quand la fatigue me rôde, je puise ma force à des rêves que j'ai fait pendant les vacances d'été. Mais toi, comment trouves-tu l'énergie nécessaire à franchir tous les obstacles, tenant compte du fait que cette année, tu dois passer une interview d'embauche à une grande entreprise "Hitech"? 
 
Je te souhaite bonne chance pour franchir toutes les épreuves. Je suis convaincue qu'on va fêter ton futur succès avec le plus délicieux gâteau! 
 
Sinon, je te préparerai moi-même le célèbre gâteau de consolation, celui qu'on prépare dans ma famille, alors qu'une personne de notre entourage échoue pour y apporter un palliatif. 
Chaleureusement Ștefania Firiza, XIIe C, Collège National "Tudor Vladimirescu", Tg-Jiu, dep de Gorj. – Professeur coordinatrice : Rodica P. Calota (28 septembre 2017) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
NOUVELLE N°2 
 
Cher ami, 
Tu sais que je passe chaque année mes vacances à la mer avec ma famille et avec mes amies. 
 
J’ai finalement choisi de garder quelques belles journées de ces vacances pour une randonnée à la montagne. Je dois avouer que le camp où j’étais avec mes amies était très amusant. Pendant le voyage avec ma famille, j’ai regardé le paysage, je lui ai même grignoté quelques contours tout en écoutant de la musique sur mon portable. On a passé sept merveilleuses journées à Eforie Nord. 
 
« Le matin, Nous avions l’habitude de prendre un “gros” petit déjeuner après une grasse matinée, mais j’étais à la mer pour me régaler et pour visiter la ville, n’est-ce pas ? » 
 
Le soir, nous nous promenions sur la falaise et nous apaisions notre faim de loup au restaurant causée par la brise et les vagues. 
C’était assez encombré, mais la brise de mer a bien amélioré notre état. Ce jour-là, il ne pleuvait pas, c’était parfait! Même s’il avait plu, je n’aurais point perdu ma confiance car j’aime la mer. Habituellement, je compte les perles qui se dissipent dans l’eau pour faire grossir la mer de leur gouttelette. 
 
J’ai également fait de nouvelles rencontres d’amitié et j’en suis très contente. Aussi, quoiqu’on en pense, et même si l’on fait que des châteaux sur du sable, ce sont les plus durables amitiés que j’ai jamais nouées dans mes vacances. 
 
Costinești est une région idéale pour se ressourcer. Le climat est doux, les paysages reposants, on est loin du stress de ma ville et de l’école à laquelle je ne pense qu’une semaine avant la rentrée afin de ne pas gâcher mon séjour. 
 
« L’air de la mer a rechargé mes batteries et je me sens en pleine forme. Je n’ai qu’une idée en tête : c’est de renouveler l’expérience l’année prochaine. » 
 
En dépit du fait que j’ai passé le meilleur de mon temps, les vacances furent trop courtes. Fort heureusement, la rentrée a sa petite joie que celles de revoir mes copines et de bavarder. Nous aurons bien des choses à nous raconter! 
 
Comment s’est passées tes vacances ? T’es-tu fait des nouveaux amis? J’espère que tu ne m’as pas oubliée durant mon absence, sans quoi je devrai entreprendre toute une Odyssée pour te rappeler nos exploits d’il y a deux ans... 
 
Je suis impatiente d’avoir de tes nouvelles! Bisous, Andreea. 
Andreea Corșoreanu, X-e B, Collège National "Tudor Vladimirescu", Tg-Jiu, dep de Gorj. – Professeur coordinatrice : Rodica P. Calota (15 septembre 2017) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
NOUVELLE N°3 
 
« Cher Roberto, 
 
Cet été, j'ai fait beaucoup de choses, virtuellement parlant, et sur le plan de la pratique, je n'ai presque rien fait en vérité. Je ne suis allée nulle part. Je n'étais pas spirituellement préparée pour un tel amusement, et quand bien même si je l’aurais été, je n’aurais pu supporter les changements aussi facilement.  
 
Je ne pense pas avoir passé une journée en dehors de ma maison, mais... à bien y réfléchir… j’ai tout de même passé une semaine chez ma cousine en dehors de chez moi, pour lui confier mon  
mécontentement. Je ne suis pas restée longtemps chez elle, non pas parce que ma pensée ne le voulais pas, mais plutôt à cause de maman qui était contrariée par mon attitude, du fait que je rentrais trop tard à la maison. Il y a peut-être une justice dans tout cela, mais il fallut comprendre les circonstances. Je suis restée longtemps désabusée, car mon meilleur ami, qui est également mon partenaire principal dans la vie, est parti en vacances. Et de ce fait, je ne suis pas sortie dehors. Je suis restée cloisonnée dans ma maison. Bon, j'ai aidé maman au travail. Autrement dit, j'étais un enfant parfait. Tout cela me laisse indifférente. Sortir avec des amis fut le seul amusement de l’été. J'ai tout fait pour ne pas les perdre de vue. Entendons-nous bien : j'aime rester avec mes parents et ma sœur ; je m'amuse bien avec eux, je les aime beaucoup, or, ce n'est pas la même chose avec les copains.  
 
Ensuite, je suis allée chez mes grands-parents à la campagne d’où je me suis inscrite à un concours de danse populaire. J'aime les danses populaires, mais je ne peux pas dire que je suis follement passionnée. Je le fais surtout pour revoir mes anciens collègues et pour le plaisir, bien sûr. J’ai même acheté quelques costumes populaires hors du commun, tellement ils sont beaux. Bien qu’ils eussent couté trop cher, je suis très fière de les montrer en photos à mes amis et collègues, ainsi qu’à leurs parents, lesquels ne cachent pas leur envie de s’en procurer à l’identique. 
 
Si l’année prochaine, je réussis à gagner l’indépendance qui me permettra de voyager, je t’offrirai un petit chapeau de Maramureș qui porte le doux nom de « clop », accompagné d’une petite bouteille de ce médicament que mes grands-parents appellent « Palinca » et dont j’ai appris qu’il est excellent pour la santé physique et psychique lorsqu’il est servi avec de l’oignon et du jambon. Il permet aussi de croître l’immunité durant les périodes de grands froids. 
 
Jusqu-là, je t’embrasse, en te souhaitant toute la liberté du monde et une saison remplie de satisfactions de toutes sortes. Amitiés à toi, mon cher Roberto, Adina. » 
Adina Cucăilă, X-e D, Collège National «Tudor Vladimirescu », Tg-Jiu, dép. de Gorj, Roumanie. Prof. coord. Rodica P. Calotă (21.09.2017) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
NOUVELLE N°4 
 
Cher Roberto, 
 
Mes dernières vacances, je les ai passées à Paris, puisque j’adore cette ville, comme tous les européens qui apprécient le romantisme et la culture au sein des grandes villes.  
 
« J’ai visité le musée du Louvre, le musée d’Orsay, le musée Rodin, la Tour Eiffel et le mirobolant lieu de divertissement pour les enfants de tout âge, « Disneyland ». Je me suis promenée dans les rues de Paris, j’ai fait du shopping... et même que je suis aussi allée passer une journée à Versailles pour visiter son château. » 
 
Malheureusement, ce jour-là, je subis les caprices de la météo. Je ne fus pas surprise puisque mes copines avaient subi le même sort dans la capitale française une semaine plus tôt, et de ce fait, m’avaient averti du climat maussade qui sévissait en cette période de l’année. Le temps n’était pas aussi beau que la semaine précédente. Il pleuvait matin et soir. Un vent terrible a poussé mon chapeau dans les airs. Comme par hasard, un type sympa qui passait par là, me le rapporta avec un large sourire, ce qui facilita l’échange de quelques répliques nécessaires afin de nouer une nouvelle liaison amicale, le même sourire que je t’adresse aujourd’hui dans cette lettre, Roberto, car c’est toi qui m’as offert ce chapeau, et voilà que je t’écris maintenant pour fixer ces instants sur le sol de notre future mémoire.  
 
Je fus quelque peu déçue de ce séjour à Paris, car j’aurais tellement aimé passer plus de temps dans les célèbres jardins qui font sa renommée. J’ai quand même acheté des albums, à l’instar de tes indications, des albums contenant des images inouïes que j’ai avalées toute la soirée, oubliant par-là même de dîner. Après tout, ce n’est pas si grave, car nous, les jeunes filles, nous sommes mordues de soin pour la silhouette. 
 
Et comme le dit Edith Piaf dans sa chansonnette : « Le ciel de Paris n’est pas longtemps cruel », ainsi le jour suivant le beau temps réapparut dans le ciel et je pus alors profiter au maximum de mon dernier jour de vacances en France. Je suis allée boire, comme tout visiteur qui se respecte, un café crème en terrasse. Dans l’après-midi, j’ai mangé dans un bon petit restaurant sur les Champs-Élysées. Hélas, je n’ai pas pu adresser des cartes postales à tous mes amis comme je l’avais prévu. Toutefois, je leur ai envoyées des messages par SMS avec mon portable, assise comme je l’étais alors, au bord d’un autre temps. 
 
J’espère pouvoir retourner en France très bientôt. Ce genre de voyage est fantastique, il me procure une énergie positive qui émane de tout mon être. Les collègues l’ont d’ailleurs bien ressenti puisqu’à mon retour de vacances, ils furent aussitôt attirés par mon bien-être, contrairement à l’an passé où ils ne s’étaient point manifestés. Un succès auprès de mes amis qui me remplit de joie, aujourd’hui encore.  
 
En attendant de tes nouvelles, je prends congé de toi, tout en m’excusant d’avoir fait public ce récit de vacances, mais pour moi cet épisode est amusant et difficilement oubliable. 
Je t’embrasse trois fois sur les joues, selon la coutume des Français, aussi le temps me tarde de nous revoir,  
Danina Giurcău, X-e F, Collège National « Tudor Vladimirescu », Targu-Jiu, dép. de Gorj, Roumanie, prof. coord. Rodica P. Calotă (22.09.2017) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
NOUVELLE N°5 
 
« Cher Roberto,  
 
Comme pour tous les écoliers, l’année scolaire s'est terminée avec une grande joie et de bons résultats. Dans les premiers jours de vacances, j'étais contente du fait d’avoir remporté un grand prix à l'école. 
 
Durant la première semaine de vacances, je suis allée en Autriche, ensuite en Allemagne avec mes cousins. Mes deux cousines m'ont présenté en détail tous les lieux historiques de la capitale du pays : Berlin.  
 
J'ai commencé par visiter le mur de Berlin, la porte de Brandebourg, la Cathédrale et la tour de la télévision. J'ai passé trois jours chez mes cousines, puis je suis rentrée chez moi pour digérer tant d’informations reçues en si peu de temps.  
 
Le vingt-deux juillet, je me suis rendue au bord de la mer en Bulgarie avec mon frère et ses amis. J'ai passé sept jours à l’Hôtel Kamchia. L'hôtel est situé à trois cents mètres de la plage et se trouve dans un quartier calme. Au cours de l'une des soirées, les propriétaires de l'hôtel nous ont offert une fête de type bulgare comprenant : la danse orientale, la danse avec des visages et l'accompagnement d'artistes célèbres du monde entier (Azis, Robbie Williams, Céline Dion) et un diner avec des bons plats traditionnels.  
 
La fête s'est achevée dans l’apothéose par un feu d'artifice, comme le 14 Juillet en France. 
 
Hélas, le premier jour, je n’ai pas pu prendre des bains de soleil, car le ciel était couvert de nuages et l'eau était très froide. Le lendemain, il a plu et je suis restée toute la journée dans ma chambre, mélancolique. Le troisième jour, les rayons du soleil réchauffaient l'eau et je me suis réjouie d’un moment de plage parfait. Là, j'ai vu une forêt de chênes, la faune et la flore sur neuf kilomètres de long, ce qui m’a donné du fil à retordre ; je pensais aux forêts de chez nous presque disparues, suite à une déforestation atroce et insensée.  
 
Le cinq août, nous avons commencé à rénover la maison de campagne. Nous avons commencé à construire une piscine de vingt mètres carrés que nous finîmes d’achever une semaine une semaine plus tard. J'ai apprécié la piscine et suis restée avec ma grand-mère les jours suivants. Après la rénovation de la maison, mes deux amis, Claire et Nicolas sont venus de France et nous avons fait des tirades en français pour leur montrer à quel point nous avions progressés dans l’apprentissage de leur belle langue. Ils nous ont appris à parler en verlan, un français argotique qui ne nous a pas déplu, même surpris d’une manière plaisante, si bien qu’on les a présentés dans la ville. Puis, je conduisis mes amis avec enthousiasme au Musée Antipa de Bucarest, aussi je fus impressionnée par leur avis sur ce qu'ils ont vu, revu et prévu sur l’avenir de l’espèce humaine, un sujet auquel nous avons longuement discuté. 
 
Ils nous ont appris à cuisiner le Magret Canard, un plat fait de magret de canard et de graisse. Leur plat a rencontré un succès fou.  
 
Le vingt août, je suis allée passer trois jours sur les collines des montagnes de Prédeal. Là-haut, je marchais du matin au soir. Le dernier jour, j'ai visité la cascade d'Urlătoarea, le monastère de Caraiman, puis on a visité le Sphinx.  
 
C’est au cours de la dernière nuit passée à Predeal que j'ai eu l'occasion d'assister à un événement de musique traditionnelle roumaine. Les artistes ont joué : Olguta Berbec, Maria Dragomiroiu, Axinte, Gelu Voicu , Marcela Fota. 
 
Ce fut la dernière marche des vacances d'été.  
 
Cet été reste inoubliable à mes yeux car, les endroits où nous nous sommes rendus, avaient permis de nouer de nouvelles amitiés et cela reste pour nous des souvenirs remarquables.  
 
J’ai vécu un été remarquable puisque je me suis découverte comme une personne essentiellement changée (deux nuits auparavant, j'étais encore une fille timide, de même que j'ai appris ce qu'est l'amitié) et j'ai découvert ma passion pour la danse. 
 
Cet été, je suis allée à deux fêtes et me suis amusée avec mes amis dont je garde un agréable souvenir. 
 
Mes parents étaient fiers de moi parce que j'ai gagné le troisième prix lors d'un concours de danse organisé par la ligue des étudiants.  
 
J'ai participé à deux événements de charité pour aider un enfant malade et je sens que cela nous justifie devant nous-mêmes et devant les autres, l’égoïsme ou l’indifférence constituant, de mon point de vue, des carences atroces. Nous lui avons donné de l'argent et maintenant il fait des traitements et cela nous réjouit d’apprendre qu’il se trouve aujourd’hui sur la bonne voie. Que Dieu le protège ! 
Au revoir, Roberto et à bientôt, pour une nouvelle aventure intellectuelle ou gastronomique la prochaine fois ! Bisous, Diana. » 
Diana Trepăduș, X-e B, Collège National »Tudor Vladimirescu », Târgu-Jiu, dép. de Gorj, Roumanie ; prof. coord. Rodica P. Calotă (27.09.2017)  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
NOUVELLE N°6 
 
 
Cher Roberto,  
 
Pendant les vacances d’été, j’ai visité la fameuse capitale d’Angleterre, Londres, où je suis restée une semaine. 
 
J’y ai visité le Palais du Parlement où j’ai admiré la perspective architecturale monumentale, l’enfilade en ligne d’une longue série de pièces, à savoir la Salle des Robes, la Galerie Royale, la Chambre du Prince, la Chambre des Lords. 
 
Un autre édifice que j’ai admiré a été « Big Ben », surnom donné à la grande cloche de 13,5 tonnes se trouvant au sommet de l'Elizabeth Tower, la tour horloge du Palais de Westminster, siège du parlement britannique de Londres. 
 
J’ai parcouru les pièces du Musée “National Gallery” où j’ai pu comparer les divers styles de l’art classique ou contemporain, par exemple : 
 
William Hogarth - Mariage à la mode(1743)  
 
J’ai longuement étudié l’attitude des personnages de cette peinture de Thomas Gainsborough - Mr and Mrs Andrews(1750), peinture qui m’a fait rêver à une vie calme et harmonieuse au milieu d’un joli jardin sauvage, comme les héros des romans d’amour du Moyen Age ou de la Renaissance, et ce retour à la nature réussirait à réparer les dégâts d’une civilisation chaotique et abusive, à nous aider à redécouvrir le goût des choses simples et bénéfiques pour notre santé physique, psychique et mentale, maladies qui s’emparent de nous plus agressivement que jamais. J’ai pensé aussi à mon ami et je me suis imaginée notre vie sans jalousie jusqu’à la vieillesse, puisqu’à la campagne il n’y a pas la concurrence citadine, ni la volatilité des sentiments, ni le stress qui rend malade même les éléphants. 
 
 
Claude Monet - Maison du Parlement, Londres(1902) 
 
Donc, comme vous l'avez compris, Londres est magnifique. De retour j’ai eu ma bonne partie de détente à Costinești en compagnie de mes amis, et j’ai été heureuse d’avoir la liberté totale, sans mes parents qui ont toujours confiance en moi, lesquels savent que je prends les meilleures décisions et ce fut une jolie expérience. Il est bon de savoir que l’année prochaine, je pourrai passer de nouveau de belles vacances au bord de la mer, sans se soucier de personne, ni même de moi, car je me laisserai aux soins de la brise et du soleil mou qui caresse la peau pour la dorer. Jusqu’alors, je t’envoie mes meilleurs souhaits de bonheur et de bonne santé ! Amicalement, Andra. » 
Andra Popa Paliu, X-e B, Collège National « Tudor Vladimirescu », Targu-Jiu, dép. de Gorj, prof. coord. RODICA P. CALOTĂ (27.09.2017) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
NOUVELLE N°7 
 
« Cher Roberto, 
 
En recevant ta lettre, j’ai eu le plaisir de recevoir de tes nouvelles, sur la façon dont tu as passé tes vacances. Après avoir lu la lettre, je peux dire que je suis heureuse et fière de toi et de la manière dont tu as su employer ton temps libre. 
 
Le plaisir de mes vacances se situe autour de mon voyage à Bucarest où j’y suis restée une semaine. 
 
J’étais particulièrement enchantée de ce que j’allais voir et entendre. J’ai visité de beaux endroits, je me suis fait des amis et j’ai beaucoup ri. Je suis allée chez mon cousin, Evșen. 
 
Ensemble, nous avons visité beaucoup d’endroits. Nous étions fans la Vieille Ville, du Musée National d’art contemporain, et, de plus, pour son anniversaire, nous sommes allés au « Hard Rock Coffee » à Herăstrău, nous avons été dans le parc Carol, nous sommes également allés dans la rue Saxophone (rue menant au point le plus haut de Bucarest), on est allés dans un studio d’enregistrement, ensuite sur la Place de la Victoire où se trouve l’école où enseigne Evșen, après quoi, nous sommes allés à « Zen Sushi » où j’ai mangé du sushi pour la première fois et j’ai appris à utiliser les chopsticks. 
 
Et c’est à peu près tout ce que j’ai fait pendant les vacances, mais j’ai surtout apprécié la compagnie des gens et les places qu’on peut court-circuiter, sans oublier l’amas de choses qu’on peut apporter quand on rentre chez soi. Le reste de mes vacances, je suis restée à la maison et j’ai dormi. 
 
Je suis contente de te raconter mes jolies vacances, étant donné que l’année passée, je n’avais pas grand-chose à te dire. 
A bientôt, Roberto et bonne chance pour cette nouvelle année scolaire ! Amitiés, Denisa.  
Denisa Băluțoiu, X-e B, Collège National’Tudor Vladimirescu”, Tgf-Jiu; prof. coord. Rodica P. Calotă (10.10.2017)  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
NOUVELLE N°8 
 
« Cher Roberto, 
 
Je m'appelle Marin Daria. Je suis élève en dixième au Collège National « Tudor Vladimirescu », de Târgu-Jiu. Je suis un peu timide, mais sympa. Comme loisir je préfère lire et faire du sport, surtout quand je fais mes achats. 
 
J'ai appris de mes collègues de classe que la correspondance avec toi est délicieuse et je me suis décidée à t’écrire, moi aussi, pour bénéficier de ces joies amicales. J’ai donc passé mes vacances chez mes grands-parents à la campagne, avec ma sœur et mes cousins. J'y suis restée pendant un mois. Mes grands-parents habitent dans une belle et grande maison dans une région vallonnée et avec des forêts. Même à quelques pas de la cour de ma grand-mère se trouve la belle forêt qui a une petite rivière claire qui la traverse, tout comme dans les contes des frères Grimm. Quand j’y vais je me sens comme au paradis où tout est beau et, de surcroît, je n'ai pas peur de l’ombrage épais, moi qui avais peur de mon ombre dans mon enfance. Le gazouillement des oiseaux y forme des véritables concerts. La verdure des plantes qui y poussent nous rafraichit. J'aime vraiment m'asseoir sur les bûches pour contempler le ciel, les alentours, dans l’odeur des champignons et de la terre pourrie et parfois lire, parce qu'il me semble y avoir tout le temps du monde. Ma petite sœur et moi aidons notre grand-mère dans le potager, mais aussi dans la cuisine, et avec plus d’ardeur si elle nous laisse nous promener le soir sur les sentiers qui entourent notre maisonnette. Après avoir fini notre stage à la campagne, nous allons à Mamaia chaque année, c’est une sorte de tradition. Petit à petit, la plage devient, même en août, quand j’y vais, de plus en plus encombrée. Les gens viennent à profusion, pour profiter du soleil et de la mer. Les enfants courent ou jouent avec des seaux et des pelles dans le sable pour construire des châteaux, mais les gens construisent eux-aussi les leurs, du moins dans leur imagination. Le plus grand plaisir pour moi reste celui d'entrer dans la mer. Je sens, entourée par les flots, me pousser des nageoires et je voudrais nager toute la journée, car l'eau me rend impondérable. 
 
Au retour, je suis passée par Craiova avec mon père et ma sœur. Nous nous sommes promenés dans le beau parc Romanescu et dans le centre de la ville. Nous avons voyagé en autobus. Craiova est plus belle et plus grande que Târgu-jiu, ma ville, et je me suis souvenue d’un grand écrivain d’Olténie qui a décrit cette ville, vue d’un char aux bœufs. 
 
Un dimanche nous sommes allés à la foire pour faire des emplettes et j’ai acheté un « tuci », ancien récipient en cuivre afin de préparer la polenta. J'aime le va-et-vient de la foule parmi les marchands forains et leur état d’esprit qui me fait penser à l’abondance, au bien-être des gens et ça m’attire et me rend chaque année plus désireuse d’y participer. 
 
Et toi, tes vacances, comment ça s'est passé? Je suis impatiente d'avoir de tes nouvelles. Amitiés à toi, Daria Cristiana. » 
Daria Cristiana Marin, X-e E, Collège National « Tudor Vladimirescu”, Targu-Jiu; prof. coord. Rodica P. Calotă (11.10.2017) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
NOUVELLE N°9 
 
Cher Roberto, 
J’ai passé beaucoup de temps à la campagne et je n’ai pas trouvé une seule minute pour te parler de mes prouesses.  
C’est seulement maintenant que je suis un peu libre, mais un peu fatigué, car les miens ne m’ont nullement épargné :  
« J’ai participé à la reconstruction de la maison de mes grands-parents, à l’élevage du bétail, chaque matin mon devoir étant celui de la répartition de la nourriture pour les cochons, les veaux ou la volaille ; L’argent gagné de leur vente a été fort nécessaire pour l’achat de matériaux de construction : bois, pierre, sable etc. »  
Le sable fin m’a rappelé celui de la mer où je m’étais rendu un mois plus tôt : là-bas, le soleil et l’eau ne brûlaient pas ma peau comme celui que je subis à la campagne. 
Leur frôlement délicat m’ont déterminé à t’écrire cette lettre pour savoir ce que tu as fait pendant ce temps. A bientôt, Roberto » 
Aurelian Cerban, X-e D, Collège National « Tudor Vladimirescu”, Targu-Jiu; prof. coord. Rodica P. Calotă (25.09.2017) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
NOUVELLE N°10 
 
Cher Roberto, 
Je t’écris comme c’était convenu pour te parler de mes grandes vacances. Pendant ces vacances tellement attendues, je suis allée aux Iles Canaries en Espagne. Je suis partie avec ma famille : mes parents, ma grande sœur et mon petit frère. On a pris l’avion pour y aller. Le voyage a duré deux heures environ, et je peux te dire que je n’ai pas eu temps de m’ennuyer là-bas, du fait d’avoir valorisé tout ce temps.  
Etant donné que c’était la première fois que je prenais l’avion, cela m’amusait beaucoup. Pendant le voyage, j’ai regardé le paysage tout en écoutant de la musique sur mon Ipod. Je souriais à chaque fois que l’avion passait dans une zone un vide, j’imaginais que j’étais sur un tapis qui glissait sur des nuages dodus ; parfois, il fallait que je me tienne pour ne pas dégringoler  
 
On a passé dix jours à Ténérife. On a loué un appartement dans une résidence avec piscine et j'ai trouvé ça super, car il y avait d’autres jeunes qui pouvaient communiquer avec nous. Donc j'ai pu aller à la piscine avec eux, après avoir pris un gros petit déjeuner. C’était mon premier repas de la journée. Ensuite, nous sommes sortis pour aller visiter la ville et ses environs avec une voiture qu’on nous avions louée. Le soir, j'ai joué au tennis et je suis allée à la piscine de la résidence. Nous sommes également allés au restaurant goûter les spécialités espagnoles, c’était bon ! Il faisait super beau tous les jours, mis à part une journée ou deux où le ciel était recouvert de nuages. Il a fait très chaud, et bien qu’il n’ait pas plu, c’était parfait!  
Je pense avoir passé de bonnes vacances, car j’aime bien les pays chauds. C’était vraiment super, je me suis bien amusée ! De plus, j'ai rencontré d’autres jeunes de mon âge, donc j'ai trouvé ça sympa ! Je pense que j’y retournerai car j'ai bien aimé cette place. On a eu de la chance pour le temps, et nous avons fait plein de choses différentes, je n’ai pas vu le temps passer ! Donc pourquoi pas revenir, du moins une fois, ça ne me dérangerait pas ! 
Mais l’année prochaine, j’aimerais aller à Malte, car je souhaite découvrir encore d’autres endroits. Quelqu’un m’a dit que c’était très bien ! J’espère que mes parents seront d’accord pour y aller. J’espère te rencontrer là, Roberto, pour échanger des avis sur les lieux qu’on a visités... Qu’en dis-tu ? 
Antonia Olaru, X-e B, Collège National « Tudor Vladimirescu”, Targu-Jiu; prof. coord. Rodica P. Calotă (28.09.2017) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
NOUVELLE N°11 
 
« Cher Roberto, 
Ces vacances ont été fascinantes car je ne me suis pas arrêtée un seul jour : j’ai voyagé partout dans le monde. En France j`ai visité des sites historiques, des objectifs culturels et artistiques, des cafés littéraires, tout comme en Allemagne et en Suisse. J`ai découvert aussi de nouvelles cultures en Inde, en Mongolie et au Japon, mais le bord de la mer au Portugal a été le plus beau. Je suis allée à la mer en Espagne et à la montagne, en Suisse, en France et en Autriche. Les Alpes sont magnifiques et j`aime les habitants qui sont très polis et sages afin de mener une vie exemplaire à une telle altitude. C’est une fierté et une simplicité parfaite dont ils s’emparent et qui constituent leur profession de foi et de vie.  
J`ai fait des randonnées avec mes amis, j`ai campé à côté d`un ruisseau avec des eaux aussi limpides qu’en Roumanie, j`ai chanté autour du feu de camp et mangé aussi des gâteaux que l’on appelle « guimauves ». 
J`aimais beaucoup prendre des bains de soleil et faire des barbecues avec ma sœur qui habite en Italie. J`ai fait de la pêche à la ligne avec mes parents et ma sœur lorsqu’ils sont venus en visite. Nous avons rendu une visite à nos grands-parents et je me suis souvenue des moments de mon enfance lorsque ma grand-mère m’apportait des bijoux et que mon grand-père me racontait des histoires et qu’il jouait avec moi un jeu bien oublié « l’escalier du chat du pope », ce qui me faisait rire aux larmes. 
Pour mon plaisir, j`ai voulu lire un roman policier qui a beaucoup influencé ma décisions concernant la profession que je choisirai dans l`avenir, j`ai bien voulu regarder des films psychologiques et me rendre compte que la vie est réellement un non-sens, connaître des personnes étrangères avec lesquelles j`avais l’habitude de parler par Skype et prendre des photos des paysages impressionnants. 
C’est ainsi que j’ai passé mon été, comment se sont passées tes vacances ? Écris-moi le plus vite possible, s’il te plaît, car j’éprouve un profond ennui et je sais que tu es le seul capable à me faire rebondir de joie! Amicalement, Roberta-Alina. » 
Roberta-Alina Pîrvulescu, X-e E, Collège National « Tudor Vladimirescu”, Targu-Jiu; prof. coord. Rodica P. Calotă (12.10.2017) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
NOUVELLE N°12 
 
Cher Roberto, 
Tu sais que, pour moi, chaque été est une nouvelle expérience! Quelques mois avant les vacances, nous avons appris que nous irions à la mer en Bulgarie! Au début, je n'avais pas de problème avec ça, j'ai commencé à sourire, à rechercher des informations sur Internet à propos de la station et l'hôtel où nous allions séjourner, mais chaque image que je voyais m’attristait un peu. Pourquoi? Parce que les photos étaient communes, pas attrayante à mon goût, de plus, la plage était à 200 m de l'hôtel et les magasins n'étaient pas très intéressants! Nous nous y sommes rendus quelques jours plus tard.  
La route me semblait longue et fatigante, plus épuisante que je ne l'imaginais. C’est alors que surgit de nulle part la forêt domaniale, laquelle me surprit agréablement, bien qu’elle me parût sombre ! J'ai quand-même été émerveillée par l’étendue des champs, par le paysage qui se dévoilait peu à peu devant moi, c'était bien plus beau que sur les photos! Beaucoup de monde, beaucoup de soleil, beaucoup de chaleur, tout était super! Nous sommes arrivés à l'hôtel, mais avant de s’y installer, nous sommes d’abord allés voir la mer, la route n’étant pas si loin. Finalement, je fus très heureuse d'y aller. Nous sommes arrivés à la plage, je me sentais super en dépit de mon manque initial d’appétit pour cette destination!  
 
Après quoi, nous sommes retournés à l’hôtel pour y défaire nos valises, hôtel qui, je précise, était encore plus beau que sur les photos. Je me suis très vite adaptée.  
Tous les jours, nous allions à la plage et profitions de chaque minute passée là-bas! Dans la soirée, nous nous promenions dans la station pour y faire les boutiques. La station était remplie de magasins l’embaumés d’un doux parfum provenant des savons en forme de rose et autres jolis colifichets!  
 
À un moment donné, je commençais à m’ennuyer, étant donné le fait que j’avais déjà vu presque tout le premier jour. De plus, il a commencé à pleuvoir, le ciel était écrasé par la foudre, le vent soufflait très fort, à tel point qu’il en devenait effrayant. Et donc, il s’imposait de partir! Nous nous sommes mis en route. Pendant quelques, j’ai regardé la voûte qui s’éclaira soudainement, puis vers le soir, nous arrivâmes chez nous sous un ciel étoilé. Les moments que j’ai passés avec la famille et les amis ont été un bienfait.  
 
Je garde tout de même en mémoire la terrible tempête qui s’éloignait de nous à mesure que nous lui tournions le dos. Cela fait partie des moments ennuyeux et inconfortables que l’on peut rencontrer sur la route!  
 
Les vacances d'été ont été marquées par ce séjour. En dépit de mes chichis, cela restera longtemps dans mes souvenirs favoris. Mais, toi, comment as-tu dépensé le capital de tes vacances? Regrettes-tu quelque choix ou tout s’est passé de manière à flairer mieux le vent des surprises? Les meilleurs vœux de ma part et de la part de mes amis! POPESCU GEORGIANA, X-e D, Collège National « Tudor Vladimirescu”, Targu-Jiu; prof. coord. Rodica P. Calotă (02.10.2017) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
NOUVELLE N°13 
 
Cher Roberto, 
Cet été, j'ai passé beaucoup de temps avec mes grands-parents, car ces derniers avaient grand besoin de compagnie et de support matériel, notamment de la part de mes parents.  
Le lieu où vivent mes grands-parents est près de la capitale moldave : à Iasi, l’une de plus belles villes roumaines, sinon européennes. C’est là-bas que se trouve le plus grand et odorant parc de tilleuls que je connaisse. Les gens ici sont amicaux. Par exemple, un garçon m'a aidé à gagner le Starbucks. Le plus drôle est que celui-ci se trouvait juste devant moi. On est resté des amis et on est même sortis en ville durant toute la période où je me trouvais là. La plupart du temps, je regardais des films avec ma sœur et son ami.  
 
J'ai joué avec le chien de Paul, Otto, si mignon et si doux. Les promenades dans le centre commercial étaient presque quotidien, or, je dois t’avouer que je n'ai visité aucun site et je m’en vois désolée. J'ai visité l’un des objectifs ardents de mon voyage : le jardin botanique. Tant d’assortiments de plantes et d'arbres. Je n’imaginais pas qu’il pouvait exister dans ce monde un aussi grand royaume végétal, aussi n’avais-je aucune idée de ce que je lisais sur les étiquettes égarée comme Alice au pays des merveilles. 
Il y avait beaucoup de statues à l’effigie des personnalités représentatives de l’histoire de ce coin d’Europe : Stefan cel Mare, Alexandru I.Cuza et beaucoup d'autres personnalités de renom. 
 
Dans le parc Copou, le tilleul d'Eminescu est le plus respecté, il a sa personnalité à lui, tout comme dans les contes où Prince Charmé se transforme dans un rosier ou je ne sais quelle autre plante, attendant des heures durant le baiser de son élue pour redevenir un homme. L'endroit où il a écrit les poèmes suscite des sentiments agréables auprès de tous les visiteurs, et surtout ceux qui ont cultivé une sensibilité pour le génie de notre poète national. 
 
Le meilleur moment du séjour fut sans contexte la petite promenade en bateau sur la surface brillante du Lac Rouge qui semblait nourrir les petits navires gonflées de joie. Je suis allée également à Piatra- Neamţ où j'y ai dévoré le meilleur hamburger, nourriture malsaine mais... trop bonne ! J'ai longuement admiré la forteresse de Neamţ où j'ai fait des photos brillantes. 
 
À la fin du mois d'août, je suis rentrée chez moi. Je suis sorti le reste de mon temps avec mes amis. La beauté de la Transalpina n’a pas réussi à estomper l’effervescence de mes joies moldaves. Ce fut un séjour de rêve! J’attends de tes nouvelles afin de compléter le régal de mes vacances. Amitiés à toi, Luiza. 
Luiza Carp, X-e D, Collège National « Tudor Vladimirescu”, Targu-Jiu; professeure coordinatrice: Rodica P. Calotă (29.10.2017) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
NOUVELLE N°14 
 
« Cher Roberto, 
 
Que puis-je te raconter de plus beau que mes vacances ! Ah, les grandes et les infiniment belles vacances d’été, quand on est libre de faire son programme, de faire la grasse matinée, de ne pas donner la situation de ses devoirs aux parents ou aux professeurs, de tout oublier, excepté le bonheur de vivre ! Ah, mon rêve ! Ah, Paris ! J’ai été très contente !  
 
« Mon rêve, Paris, est devenu une réalité ! » 
 
Pas de père furieux, pas de dîner a préparer pour ma mère ! J’ai habité à Montmartre, dans un petit hôtel chic. Ici, je suis restée au lit tous les matins, j’ai lu et j’ai écouté mon baladeur… Je n’ai pas fait le ménage, je n’ai pas fait les courses… Quel bonheur ! Tous les jours je quittais ma chambre pour aller me promener dans les magnifiques rues de la Capitale ; j’ai visité des musées, la Tour Eiffel. Je suis montée dans la Tour en empruntant l’ascenseur, et de tout là-haut, j’ai admiré le panorama de Paris. C’était superbe !  
 
Ainsi, du haut de la Tour, j’ai pu apercevoir les monuments les plus importants tels que « L’Arc de Triomphe », la « Cathédrale Notre-Dame du Paris », le « Musée du Louvre ». Chaque après-midi, je me rendais dans des cafés chics fréquentés par le beau monde pour y déguster bu du thé doux-aigrelet. Le soir, je me rendais dans des clubs pour y danser et y faire la rencontre de mecs sympas…  
 
« Ma décision est prise : chaque année, je visiterai toute SEULE un pays étranger ou une ville étrangère ! » 
 
Au retour, je suis passé fugitivement chez mes grands-parents qui habitent en Russie, mais n’ayant pas annoncée ma visite, je ne les ai pas trouvés chez eux, alors j’ai poursuivis mon voyage chez des amis d’enfance avec lesquels je parlais de la pluie et du beau temps. 
 
Et toi, Roberto, comment t’es-tu porté durant tout ce temps où je ne t’ai ni vu ni entendu, n’ayant eu aucun signe de tes passions, de tes loisirs, tout en sachant combien tu aimais le ski nautique, de même que l’alpinisme ? Comment as-tu réussi à harmoniser tes deux passions sans renoncer à aucune d’elles ? J’ai tellement envie de connaitre tes aventures que je suis capable de te rendre une courte visite, chez toi, afin de nous réjouir ensemble du goût de ces vacances inouïes. 
 
Je t’embrasse chaleureusement et j’attends une réponse à ma petite lettre. Bisous, Xenia. » 
Xenia Behmu, X-e E, Collège National « Tudor Vladimirescu”, Targu-Jiu; professeure coordinatrice: Rodica P. Calotă (31.10.2017) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
NOUVELLE N°15 
 
 
« Cher Roberto, 
 
J'étais très heureuse en recevant ta lettre et te remercie pour cela. Dans la mienne, je voudrais parler de mes vacances d'été et dont je peux affirmer aujourd’hui qu’elles ne furent pas les meilleures. 
 
Je me sentais très bien lorsque je passais beaucoup de temps auprès de ma famille et mes amis, au milieu desquels j’aurais voulu te voir, mais, malheureusement, tu m’as dit que tu t’absentais à la campagne durant cette période pour y rénover ton manoir.  
 
J’espère avoir rétabli ce contact, car, jamais de ma vie, je n’avais vu une place si merveilleusement tranquille et bénéfique pour nos tempéraments agités qui nous font défaut depuis quelques années. 
Comme il faisait très chaud cet été, je suis allée me baigner à la rivière et j’en ai profité pour prendre un bain de soleil. Je sortais chaque nuit avec des amis, nous faisions des blagues innocentes pour notre simple plaisir. Moi et mes amis sommes allés à trois concerts de musique durant un festival qui se déroulait chez nous, aussi je dois t’avouer que j’en fus très impressionné, si bien que je n'oublierai jamais à quel point nous nous sommes bien amusés. Nous avons pris beaucoup de photos que je peux te montrer si tu en as envie, car, ces dernier temps, tout le monde nous a agressés avec des images, alors certains de nos amis se fâchent si nous ne cliquons pas sur « like », c’est pourquoi je ne t’ai pas envoyé d’images.  
 
En août, nous sommes allés en famille au bord de la mer. Le soleil brillait, le sable était tout d’or vêtu et l'eau chaude de la mer était étonnante. Je suis allée ramasser des coquillages, puis j’ai revêtu parcimonieusement les murs incolores d’un château de sable que j’avais construit auparavant, ébloui par le soleil du midi.  
Un jour, je suis allée pêcher près du bord de mer avec mon père, j’avais tellement peur des tempêtes. Quand nous sommes rentrés à la maison, chargés de nos lourds souvenirs, nous allâmes rendre visite aussitôt à nos grands-parents afin de leur raconter nos courtes vacances, mais très intenses, de par leur contenu.  
 
J'aime aller à la campagne parce que grand-mère prépare toujours de délicieux plats. C’est également ici qu’on trouve de nombreux abris dans lesquels se réfugient des animaux mignons. La maison de campagne est située près d'une forêt, et c’est là que grand-père et moi sommes allés cueillir des fruits des bois que l’on rapporta ensuite à grand-mère qui prépara aussitôt une tarte incroyablement savoureuse, et dont j'ai appris la recette ; j’essayerai de t’en faire une lorsque tu viendras de nouveau nous rendre visiter. J'attends de tes nouvelles à très bientôt! Bisous, Mirela. » 
Mirela Mihai, X-e E, Collège National « Tudor Vladimirescu”, Targu-Jiu; professeure coordinatrice: Rodica P. Calotă (25.10.2017) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
NOUVELLE N°16 
 
« Cher Roberto, 
 
Je me suis souvenue avec grand plaisir des moments passés avec toi cette année. Je regrette que tu n’aies pas pu m’accompagner en voyage cet été, mais je sais que tu étais très occupé. J'espère que ma lettre te trouvera bien et que tu as hâte d'entendre mes histoires.  
 
Au début des vacances, je suis allée à Cluj-Napoca pour participer au festival international Electric Castle et puis à un camp d'été. Compte tenu de ses deux grandes communautés de langue roumaine et hongroise, Cluj est une ville profondément multiculturelle. Son histoire, riche et agitée, a laissé un patrimoine architectural de grande valeur.  
 
Je suis également allée à la mer. Pour moi, la plage et la mer sont un beau terrain de jeux : et puis, comme tu me connais, je suis incapable de rester en place. J’ai plongé dans l’eau, j’ai nagé, j’ai joué au tennis et je me suis promenée tous les soirs. Avec mes parents j’ai visité le Delta du Danube. Les bouches du Danube comptent plus de 1 200 variétés de plantes, 300 espèces d'oiseaux et 45 espèces de poissons d'eau douce dans ses nombreux lacs et marais qui accueillent des millions d'oiseaux de différentes espèces lors des grandes migrations.  
 
Après tant d'activités, quoi de mieux que l’air pur de la montagne pour se remettre en forme !  
 
J’ai fait de merveilleux voyages et j’espère que tu as pu apprécier les beaux endroits que j’ai eu la chance visiter. Ecris-moi, s'il te plaît et parle-moi de tes vacances. Tu me manques! Avec toute mon amitié, Ana-Maria. » 
Ana-Maria Simionescu, IX-e G, Collège National « Tudor Vladimirescu”, Targu-Jiu; professeure coordinatrice: Rodica P. Calotă (23.10.2017) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
NOUVELLE N°17 
 
« Cher Roberto,  
 
Comme toutes les vacances que j’organise, ces vacances d'été étaient magnifiques. J'aurais aimé que tu sois avec nous comme c’est le cas chaque année, tu aurais été ravi!  
 
J'ai visité Paris avec ma famille et quelques amis. La ville est fascinante, telle que je l'imaginais et comme nous nous l’envisagions depuis notre départ jusqu’au retour et bien longtemps après la rentrée, parfois toute la vie, comme c’est le cas pour ma grand-mère, car il faut admettre que Paris est un royaume idéal, presque utopique, où la romance et l'histoire se côtoient en permanence. La ville a alimenté nos âmes intellectuelles ainsi que notre âme physique, avec des plats savoureux consommés sur un fond musical de rêve. A ce propos, lorsque vous viendrez dans mon pays pour nous rendre visite, vous pourrez alors comparer le grand Paris au petit Paris de notre capitale Bucarest.  
 
Le jour de mon arrivée dans la Capitale française, j'étais excitée à l’idée de ma "rencontre" avec la Tour Eiffel que j'avais vue uniquement en photos et qui était le premier objectif que je voulais visiter. Une fois les marches franchies pour atteindre le sommet, nous avons eu l'impression d'être dans les rues de Paris. De là, nous avons pu admirer la Tour Montparnasse, la Cathédrale Notre Dame de Paris, l'Arc de Triomphe et d'autres attractions touristiques importantes, sans interrompre les merveilles musicales de mes écouteurs, car j’avais fait mes provisions sonores dans le plus proche magasin audio-vidéo que j’avais rencontré dans ma grande route intellectuelle, comme je l’expliquais auparavant... 
 
Le lendemain, j'ai visité le château de Versailles qui est à mes yeux certainement l'un des châteaux les plus grands et les plus opulents du monde et d'autres objectifs que nous avions prévu d'explorer. J'ai vu des musées et des boutiques où je vous ai acheté un souvenir un peu drôle, mais qui a une certaine liaison à nos aventures en bateau sur la Mer Noire, il y a deux ans, en compagnie un groupe bizarre de touristes, et que vous trouvez attaché à cette lettre. J'espère que vous l'aimez. Nous avons passé quelques jours dans la ville des Lumières, après quoi nous sommes allés régurgiter nos beaux souvenirs par une promenade dans les rues plates de Londres. Au sujet de ce voyage je t'écrirai dans la lettre suivante. Je suis désolée, mais il m'a fallu beaucoup de temps pour vous écrire.  
 
J'espère que tu vas bien, que tes vacances se sont bien passées et bien inscrites dans ta mémoire que je sais prodigieuse, j’attends avec friandise tes nouvelles et je t’embrasse sur ton front de savant qui nous a été si nécessaire pour nous tirer de cet embarras-là ! 
Bisous, Andreea » 
Andreea Burcea, X-e E, Collège National « Tudor Vladimirescu”, Targu-Jiu; professeure coordinatrice: Rodica P. Calotă, ma meilleure mais si exigeante professeure (27.10.2017) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
NOUVELLE N°18 
 
Vive les vacances! 
 
Un beau jour d’été, quand je pensais aux lieux possibles de mes vacances d’été, l’idée d’un circuit dans le Delta se présentait dans mes pensées. 
 
C’était le 19 juin. Après une année chargée de devoirs, le moment de relâchement est arrivé. J’ai préparé mes bagages étant aussi joyeux qu’ému pour mon départ dans le Delta du Danube avec mes amis. 
 
Les heures passées en voiture vers le Delta se sont écoulées rapidement. La réalité dépassait tout ce qui en était écrit. Nous fumes hébergés dans un lieu situé au bord de l’eau afin d’apprécier le croassement des grenouilles es beaux soirs d’été, le chant des oiseaux et l’écoulement de l’eau vers la mer. 
 
C’est le matin et nous sommes déjà dans la barque de l’un des hommes du Delta qui nous conduit dans les endroits les plus reculés pour nous faire découvrir ce paysage naturel unique en Europe. 
On a vu des petits poissons qui rivalisaient par leurs sauts en cabri tout en admirant les grenouilles qui sautillent près de la rive ; nous avons observé le vol des pélicans, des aigrettes et des cormorans. Nous avions la sensation de nous égarer dans les roseaux et les eaux. 
 
Mattei, qui fut surpris par les couleurs particulières des petits poissons, tenta de les ramasser, et par malheur, son appareil photo tomba dans l’eau. Tout le monde était inquiet parce qu’il contenait les merveilleuses photos prises dans ce paradis.  
 
La barque s’est arrêtée… Une personne qui était spécialisée dans le sauvetage en mer, et qui nous accompagnait dans notre excursion, se jeta dans l’eau pour récupérer l’appareil. Comme les eaux étaient profondes et troubles, il lui fut difficile de retrouver l’appareil photo. 
 
Mattei se sentait tellement coupable qu’il en avait les larmes aux yeux. 
 
Au bout de quelques instants, le sauveteur finit par retrouver l’appareil qui, par chance, fonctionnait encore et non seulement cela, des photos avaient été prises au fond de l’eau ; l’appareil avait probablement cogné sur une pierre. Tout le monde était ravi et remerciait le sauveteur. 
 
Au fur et à mesure que j’admirais les paysages mirifiques, profitant par-là même de l’air pur ambiant, je fus surpris par la vie difficile que menaient les habitants du Delta : leur façon de communiquer, leur possibilité de se déplacer, etc. 
 
Sur l’étendue de l’eau glissaient des nénuphars blancs et jaunes que je prenais aussitôt en photos. 
 
Minute après minute, le Delta se découvrait d’un poil lumineux réchauffé par les rayons du soleil, et c’est alors qu’un merveilleux jardin apparut sur le fleuve.  
 
Finalement, le lever du soleil fit son apparition en dorant l’étendu de l’eau. La nuit dominait ce monde de rêve. 
 
Nous sommes retournés chez nous avec une belle impression de ce vaste milieu d’une incroyable richesse biologique où j’invite tout le monde à venir le découvrir, une oasis de verdure et de calme rarement rencontrée. » 
Robert SECHRENI, a XI-a B, Collège Technique Automobile « Traian Vuia » de Focşani – (Professeur : Lucica Bocu (13.11.2017) 
 
 
 
 
 
 
NOUVELLE N°19 
 
« Cher Roberto, 
 
Je ne sais pas si tu te souviens de moi, mais moi, je pense souvent aux visites que nous avons faites ensemble en divers lieux culturels, étant donné que je ne suis pas trop animée par les fêtes, mais uniquement par les actes comportant une dimension artistique qui peut également impliquer les moins férus dans cette matière, comme c’est mon cas.  
 
J’aime certaines personnes, ce qui peut surprendre mon entourage. Exemple tout bête, j’aime les acteurs qui savent faire le spectacle, tel que le maître du transformisme Arturo Brachetti, l’homme qui change de costume comme l’éclair, tout comme le faisait autrefois Charlot dans ses comédies musicales, des shows rythmés par des vidéos et surtout le visage d’un bon acteur qui surgit après : facétieux, léger, insaisissable et généreux, rendant à chaque spectateur ce qu’il possède de plus précieux : son âme d’enfant. 
 
Tu observeras que, même si tout le monde se prépare pour les fêtes d’hiver, je continue à dérouler dans ma mémoire des actions peu communes à mon groupe en m’exerçant régulièrement à cette discipline, d’illustres expériences que j’ai d’ailleurs vécues pendant mes courtes expéditions en France. Je pense aux vacances, que ce soit en hiver, au printemps ou bien en été, saison des grands voyages, et surtout aux voyages qui consiste à rentrer au cœur des techniques utilisées dans la création d’images en mouvement, car tu sais que je suis férue du mouvement, images qui parcourent les plateaux de tournage, afin d’y découvrir un monde surprenant, celui du béton, ce matériau utilisé depuis l’Antiquité qui prend vie sous nos yeux. Pour ne plus parler des substituts économiques de la pierre, mélange de ciment, de sable, de cailloux et d’eau, qui ont servi à fabriquer des chefs-d’œuvre, comme ce fut le cas pour la passerelle du Grand Canyon (le Skywalk).  
 
J’ai envie de compenser le froid de l’hiver sans neige avec la chaleur d’une musique dansante, théâtrale et même cinématique. J’aimerais pouvoir participer aux ateliers de création musicale contemporaine de Val-de-Marne ou au festival Ciné Juniors de Janvier qui propose des courts ou des longs-métrages, des rétrospectives, des documentaires et des films d’animation, dont je raffole. Je regarde des centaines de films d’animation chaque année, pendant les vacances, quand je n’ai pas le programme strict de l’école, et y compris ceux qui mettent en scène des fêtes ou des coutumes liées aux fêtes d’hiver. C’est ainsi que je rentre à mon tour dans l’atmosphère de celles-ci. 
 
En attendant des nouvelles de chez toi, je te souhaite une bonne année et des nouvelles opportunités dans tous les domaines de la vie ! Amitiés à toi ! Alexandra. » 
Alexandra Grecu, XII-e H, Collège National «Tudor Vladimirescu », TARGU-JIU, prof. coord. Rodica P. Calotă (4.01.2018) 
 
 
 
 
 
 
NOUVELLE N°20 
 
Cher ami, je veux bien te décrire mes vacances d'hiver, en espérant ressusciter en toi le désir de nous rejoindre, comme auparavant. 
 
J'attendais avec une joyeuse impatience les vacances d'hiver et plus spécialement les fêtes à cette époque de l’année. Je me suis préparée une semaine plus tôt pour acheter un sapin naturel que j'ai décoré avec une installation lumineuse et des boules rouges. Pour rendre l'arbre encore plus beau, j'ai attaché quelques bonbons en stagnol à ses branches.  
 
Puis il commença à neiger dans le ciel d’où jaillissaient la fumée des maisons et les nuages qui impressionnèrent le regard de grand-père, lequel prévoyait des neiges abondantes, nous en faisant régulièrement part à la manière d’un eubage, discipline orale qu’il manie très bien.  
 
Il y avait des enfants qui jouaient dans la rue : ils dansaient et roulaient dans la neige. L'esprit de Noël était de plus en plus évident et le visage de chaque personne semblait sourire. 
 
Encore une dernière semaine d'attente à passer et nous voilà à la veille de Noël : une journée attendue par tous, en particulier par les enfants qui commencent à collecter les fruits des villageois qui leur tendent bien volontiers la main, partageant ainsi le bonheur très tôt le matin. 
 
J'y suis allée aussi et j'ai ramassé deux paniers de fruits, bien que ce fût assez difficile. En effet, le gel féroce s’était abattu sur les trottoirs, ce qui accroissait d’autant plus ma vigilance. Mais rien ne m'empêchait de quitter l'esprit de Noël et le désir de participer était plus fort que le froid extérieur. Je suis rentrée à la maison, j'ai aidé ma mère à préparer la nourriture et lorsqu’il faisait noir, je me rendais chez les gens avec mes amis pour y jouer des airs spécifiques à Noël. 
 
« Après quoi, je me suis endormie et pensant que je serai la préférée de Noël au réveil, imaginant que je recevrai les plus convoités cadeaux qu’il puisse exister... » 
Noël pour moi signifie une journée de fête avec beaucoup de joie pour laquelle des êtres chers se retrouvent autour d'un sapin après de longs mois, afin d’y célébrer joyeusement la naissance de Dieu. 
 
Le grand jour est venu, j'ai reçu ce que je voulais, je me suis habillée et je suis allée à l'église. Après la cérémonie, nous sommes rentrés à la maison et nous avons mangé des plats exquis et passé du temps en famille autour de l'arbre magnifiquement décoré. 
 
Les jours passaient, les vacances étaient devenues de plus en plus belles avec une neige abondante et beaucoup de joie. Nous commençâmes les préparatifs pour la nouvelle année. J'ai fait du shopping tout en préparant mes plans pour la nouvelle année, toutes les choses auxquelles je devais penser : mieux apprendre à l'école, écouter attentivement mes parents et aider les gens qui peinent à s’en sortir tout seuls. 
 
Le Nouvel An est arrivé, je suis partie avec mes amis, avec les mêmes amis que l’année passée, sauf toi, qui n’es pas encore arrivé. Le début de cette année commença plutôt mal, à cause d’un pétard qui était sur le point de nous rendre sourds. Nous sommes rentrés aussitôt et avons mangé en famille en attendant les douze coups de minuit. Puis nous avons lancé des feux d'artifice tout en émettant des vœux, espérant pour chacun d’entre nous un meilleur avenir. Une fois les vacances terminées, l'école repris.  
 
« Cette fois-ci, la fête a été merveilleuse et elle le restera dans mon âme. »  
 
De grosses bises de la part de tous tes amis! À bientôt! Andreea. 
Andreea Corșoreanu, X-e B, Collège National « Tudor Vladimirescu », TARGU-JIU, prof. coord. Rodica P. Calotă (27.12.2017) 
 
 
 
 
 
 
NOUVELLE N°21 
 
Cher Roberto, 
L'hiver est une très belle saison qui me rend un peu plus expansive et désireuse de communiquer et tu sais mon opinion sur les couleurs : parce que tout est blanc en hiver : les champs, les forêts, les villes sont immergées dans la neige blanche. On ne voit aucun déchet, car l’hiver a pris soin de le couvrir de son blanc manteau. C'est très joli, surtout quand il fait du soleil et que la neige brille sous ses rayons. 
 
Comme tous mes amis, j'aime beaucoup passé l'hiver en commérages. D'abord parce qu'il y a la fête du Nouvel An et que tout le monde se réunit en famille pour une joyeuse tablée, ensuite, parce qu’on s'échange des cadeaux en se souhaitant du bonheur dans l'année à venir. 
 
C’est très rare l’opportunité que celle de ne pas dormir toute la nuit, parce qu’on mange et on chante ou on regarde un concert à la télé. Il y a beaucoup de monde dans les rues et beaucoup de bruits de pétards et de feux d'artifice, une ambiance très gaie pour les gens. D’ailleurs, j’y pense… mais qui pense aux petits oiseaux ou aux animaux apeurés dans les rues ou dans les parcs durant cette nuit semblable aux nuits de guerre? Pour beaucoup, c'est la fête la plus aimée. 
 
Et enfin, c'est les vacances. En hiver il y a beaucoup de loisirs : on fait des glissades pour les enfants qui jouent dans la cour ou font un bonhomme de neige et construisent des remparts pour leurs châteaux de rêve. Quel est le sport préféré des enfants ? La bataille de boules de neige, bien sûr ! 
 
Moi non plus, je n'aime pas passer toute la journée à la maison et regarder la télé. L'hiver, il fait froid dehors, alors pour ne pas prendre froid et ne pas tomber malade, je m'habille chaudement. Je mets un pantalon épais, des chaussettes en laine, faites par ma grand-mère, avec des motifs traditionnels, qu’elle appelle «ruisseau», un pull à col roulé, une écharpe, un bonnet toujours en laine... Je prends mes skis avec les bâtons et je vais dans le parc qui se trouve loin du quartier où j'habite, et comme j’aime faire du mouvement, je ne dis mot.  
Après deux heures de promenade, je rentre chez moi, fatiguée et affamée, mais très contente d’avoir mis mon corps en forme. 
 
J'aimerais aussi apprendre à jouer au hockey. Cette année, sur ma demande, mes parents m'ont acheté de nouveaux patins et une crosse et maintenant j'apprends à faire du patinage sur glace, en tombant presqu’à chaque pas, or ce sont les plus joyeuses et motivées chutes que je fais. Presque chaque matin, je passe d’agréables moments en compagnie de mes amis. Que de joie ! 
 
Et toi, combien d’amis as-tu invité pour faire face à un tel bonheur ? Écris-moi le plus vite possible, s’il te plait, car je brule d’ardeur à l’idée d’apprendre de tes nouvelles! Je t’embrasse chaleureusement et je te souhaite une Merveilleuse année 2018 ! Alexandra. » 
Alexandra Fierăscu, X-e E, Collège National ”Tudor Vladimirescu”, TARGU-JIU, prof. coord. Rodica P. Calotă (27.12.2017) 
 
 
 
 
 
 
 
CI-DESSOUS, LES ELEVES DE MADAME MARIA MIFLOR LE 19 MARS 2010 A CRAIOVA - PARTIE 1 (ROUMANIE), le jour de la fête de la Francophonie présentait la pièce CADEAU SURPRISE NEW LOOK" (Cliquez sur le lien pour découvrir les autres vidéos de la pièce sur le site officiel de Madame Maria Miflor)- CLIQUEZ SUR LE LIEN POUR DECOUVRIR LA SUITE DES VIDEOS !!!) 
 
 
 
 
NOUVELLE N°22 
 
« Roberto chéri, 
 
 
Cette année, j’ai souhaité passer Noël en famille avec mes proches que j’aime et qui m'aiment aussi. En cette période de l’hiver qui nous parsème au vent de la poussière glacée sur les fenêtres, mes parents et moi avons décoré le sapin avec des boules colorées, des guirlandes brillantes et des bonbons. Ma mère et moi avons cuisiné des plats traditionnels et bien sûr nous avons fait de délicieux gâteaux. J’ai regardé des films de Noël et j’ai pleuré comme d'habitude. 
 
Comme d’habitude, j’ai sauvé quelques fleurs de notre jardin en les repiquant dans des pots : des chrysanthèmes, et mon préféré, l’aster mauve. Quand je les arrosais, je regardais derrière les rideaux les gosses qui faisant de la glissoire à côté de l’immeuble avec des carafes d’eau dont le contenu versé sur le pavé gelait sur place et faisait leur délice. Je me suis rappelée la file indienne de l’école primaire, quand j’étais la première à essayer le glissoir et, bien sûr, la première qui cueillait ses effets par terre, dit-on glace, car la queue qui se faisait derrière moi me bousculait. 
 
Puisqu’il ne neigeait pas, je leur ai fait quelques confettis, en rompant l’emballage d’un cadeau que j’ai laissé tomber, lequel a voltigé par-dessus la fenêtre. Je fus amusée par la remarque d’un gamins : « Voilà, mademoiselle neige ! ».  
 
À la veille de Noël, mon père a acheté les craquelins ronds et de pain d’épice pour les chanteurs de noëls. Le jour de Noël, nous avons regardé la télé, nous avons parlé de différentes choses, nous avons joué aux échecs et nous avons ouvert les cadeaux. 
 
 
Je n’ai pas offert de cadeaux trop chers, mais bien choisis et ficelés d’un ruban rouge, mais j’en ai reçu beaucoup des autres. J'aimerais recevoir un téléphone et je l’ai reçu, une paire de boucles d'oreilles pour mon anniversaire qui approche, un parfum ou un bon livre. Mais, surtout de Noël, je tiens à ce qu’il neige, parce que cette fête n’a pas le même charme sans neige, mais pour que ce désir s’accomplisse, je suis montée à Straja, une station de rêve de chez nous.  
 
Plusieurs jours avant Noël, les villes et les villages prennent un air de fête. On décore la façade des mairies, on dresse un immense sapin sur les grandes places. L'arbre de Noël regroupe plusieurs symboles montrant les richesses que nous offre la nature : la lumière, les anges, les fruits des vergers, des champs, de la forêt et de la mer. L'étoile qui brille à son faîte annonce la fin du voyage, le havre de paix. Garni de pommes rouges, un sapin symbolisait alors l'arbre du Paradis.  
 
Le 24 au soir les familles font un dîner composé de mets savoureux. Le Père Noël vient déposer les cadeaux pendant la nuit et les enfants les découvrent le matin de Noël au pied du sapin. Le jour de Noël, ils se rassemblent en famille autour de la table de Noël.  
 
Le tableau de la fête est complété par le Père Noël, un symbole de la générosité et de la gentillesse. Il est aussi bon ami avec les enfants qu’avec les adultes. 
 
La fête de Noël est un moment de renaissance spirituelle, quand nos pensées vont aux moins chanceux, à nous-mêmes, un moment où nous pouvons apporter de la joie aux visages de tous. 
 
La fête Noël est la plus belle fête de l'année : je ne vois que la peluche scintillante sur laquelle glissent les traîneaux de mes pensées, alors que les flocons ne veulent plus tomber pour vêtir la pauvre terre comme pour cette fête. Comme quelques moineaux piaillant de faim et de froid sont apparus devant ma fenêtre, je laisse tomber ce message pour m ‘en affairer.  
 
Écris-moi, s’il te plaît, pour m’annoncer ton arrivée, pour que mon père t’attende à la gare, tu sais combien long est le chemin, et apporte-moi, s’il te plaît, quelques cartes postales, on fait une exposition à l’école des images de tous les pays européens et je veux que les miennes soient les plus authentiques. Je t’offrirai, en échange des cartes aux œuvres de Brâncuși dont tu raffoles. 
En espérant que tout s’est bien passé chez toi et que tu t’es bien amusé, je te souhaite une merveilleuse année 2018 ! 
À très bientôt ! Mirela. » 
Mirela Mihai, X-e E, Collège National ”Tudor Vladimirescu”, TARGU-JIU, prof. coord. Rodica P. Calotă (27.12.2017) 
 
 
 
 
NOUVELLE N°23 
 
 
« Cher Roberto, 
J’espère que cette lettre te réconfortera, car, par smart-phone, un simple message n’arrive pas à exprimer la joie de transmettre ou de communiquer des choses qui touchent l’âme, surtout dans cette période où les cartes postales en papier glacé faisaient des ravages autrefois. 
 
Tu sais combien j’aime la tradition roumaine, donc je ne pouvais passer les fêtes d’hiver qu’à la campagne, chez mes grands-parents. En dépit du développement de la technologie, il y a des pays, comme le nôtre, qui continue à accueillir ses hôtes dans une atmosphère patriarcale, si bien conservée dans le paysage, les croyances et les traditions. J’aime regarder, même à la télé, les villages juchés sur les versants montagneux, aux maisons éparpillées ou égrenées le long des vallées ou des rivières, au pied des collines couvertes de vignobles ou des vergers. Mais le plus étonnant, c’est d’entrer dans ces maisons et de trouver les femmes dans des métiers à tisser, pour fabriquer le coton ou les tapis en laine et les superbes carpettes, des vrais champs de motifs ancestraux qui me rendent perplexe, de par leur complexité, leur beauté et la force dont elles transmettent un message aux générations. 
 
Mais surtout et à coup sûr, vous ne pourriez pas rester indifférents devant le four de ma grand-mère d’où sont sorties des merveilleuses brioches et galettes dorées ou ce qui lui réussit le mieux : les gâteaux feuilletés. À cela peut bien s’ajouter la promenade en fiacre le soir, dans un paysage féérique, ayant l’impression qu’on promène la lune qui est immense pendant les soirées, et on peut rencontrer les cortèges de jeux de masques, de chanteurs de noëls ou les charrues de Nouvel An. 
 
On peut monter jusqu’à l’église qui se trouve au sommet de la colline et qui abrite des vielles peintures, fascinantes d’ailleurs, et on peut assister aux rituels d’éloignement des esprits maléfiques, comme les revenants, à l’aide des messes et des odeurs des plantes qu’on y cultive, comme le basilic, le thym, l’arnica, les caille-lait blanches et jaunes, employées tant pour les teintures, que pour des incantations, car c’est ici que subsistent encore les croyances séculaires que les gens de nos jours ont presque oubliées, faute de les rencontrer qu’aux musées ou dans des documents d’époque :  
 
« On peut humer l’odeur du pain frais, de la viande fumé, que les maîtresses rangent dans des écuelles , dans des pièces dont les murs sont blanchis à la chaux et tous les meubles sont en bois de sapin, épicéa ou hêtre : lits, chaises, tables, salières, cuillers, seilles, tonneaux, seaux, ce qui donne le sentiment de la continuité sur ces terres, de la civilisation des Daces. » 
 
C’est hier que j’ai participé à l’Épiphanie, fête de l’eau bénie, où l’arrosage d’eau est propre à beaucoup de rituels. Le 6 janvier, chez nous à Boboteaza, on célèbre le baptême du Christ et l’eau est bénite à l’église, dans une procession impressionnante : le prêtre fait le tour du village, arrose les murs des maisons et des étables avec un bouquet de basilic trempé dans cette eau bénite qu’on appelle «agheasma». Les villageois aiment beaucoup le basilic, qu’ils mettent aux icônes, on enduit les fenêtres, les entrées des étables, les poignées des portes, pour réussir dans leurs projets et pour éloigner le malheur ou tout esprit malin de leur ferme. 
 
En espérant que ces coutumes ont réveillé ton intérêt que l’on vivra tous les deux l’année prochaine, ces occasions de renouer notre amitié, je vais m’occuper de mes affaires, tout en te souhaitant une magnifique Année 2018, pendant laquelle tous tes vœux soient accomplis ! À très bientôt ! Sorana. » 
Sorana Mitoi, XII-e C, Collège National ”Tudor Vladimirescu”, TARGU-JIU, prof. coord. Rodica P. Calotă (7.01.2018) 
 
 
 
 
 
NOUVELLE N°24 
 
Cher Roberto, 
 
Je viens de prendre mes vacances. En retournant chez moi, je me demandais s’il y aurait de la neige durant les fêtes d’hiver. 
Quand je suis arrivé à la maison, ma mère et grand-mère préparaient des plats traditionnels pour le repas de Noel. 
 
Mon frère et moi décorions attentivement le sapin afin que tout soit spécial, mais une seule chose manquait… la neige! 
 
Je voulais tant qu’il neige, parce que l’année passée il y eut peu de neige et les fêtes ne furent pas vraiment merveilleuses. 
 
La nuit approchait. Dehors, des flocons de neige tombaient légèrement du ciel, mais ce n’était pas encore ce que je souhaitais. Je m’endormis en espérant que la neige allait être abondante à mon réveil, afin que je puisse aller jouer avec mes amis. 
 
Le lendemain matin, la première chose que je fis, ce fut de regarder par la fenêtre. C’est alors que je fus saisi d’étonnement lorsque je vis que tout était « blanc ». Ce fut une belle et grande surprise pour moi ! À ce moment-là, je me rendis compte que cette journée allait devenir la plus belle de toutes mes vacances de Noël. 
 
Les surprises ne s’arrêtaient pas là ! En effet, nous attendions avec impatience la visite du Père Noël. Comme l’âme était tranquille ! Une atmosphère paisible dominait la maison et l’esprit des fêtes m’entouraient de partout! Il ne me restait plus qu’à m’amuser avec mes amis. 
 
Mon ami Radu et moi grimpâmes sur la colline pour faire de la luge. Et comme Radu avait pris de l’avance sur moi, celui-ci s’arrêta près d’un trou profond. Lorsque j’arrivai en bas, j’entendis l’aboiement d’un petit chien venant du trou. 
 
En regardant avec attention, j’observai un petit Husky aux grands yeux bleus qui essayait de se sortir de ce traquenard en agitant ses pattes. 
 
Je liai immédiatement ma luge à celle de Radu et nous descendîmes dans le trou pour sauver l’animal. Ma descente provoqua une rupture qui m’entraîna dans un trou encore plus profond.  
 
Je pris le chien dans mes bras et nous restâmes tous deux suspendus au fil de la luge. Radu tirait de toutes ses forces, mais il n’arrivait pas à nous sortir de là. Il demanda de l’aide à d’autres garçons, puis, au bout de plusieurs essais infructueux, le chien et moi réussîmes à nous en sortir. 
 
Je le déposai sur la neige, mais boita du pied droit, probablement s’était-il heurté contre les parois au moment de sa chute. Je pris le chien à la maison et j’appelai le médecin, lequel me recommanda de ne pas laisser le chien marcher pendant plusieurs jours. Puis, je le soignai pendant jours. Je l’aimais tellement que je voulais qu’il soit à moi.  
 
Nous jouions beaucoup dans la neige ensemble et c’est ainsi que nous devînmes des amis. Finalement, il resta chez moi. 
 
J’ai constaté que les vacances d’hiver avaient toujours leurs charmes et leurs abondances. Qu’en penses-tu? 
Amitié, Robert (o) Sechreni, a IX-a D, Colegiul Tehnic Auto Traian Vuia Focsani, professeur coordinatrice : Lucica Bocu (10.02.208) 
 
 
 
 

(c) Emilien Casali - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 11.08.2017